Oser terminer

Rejoindre l’extrême ouest de l’ile de Ré depuis la Rochelle se fait en deux fois. Nous stoppons au Bois-Plage chez Colette, que nous avons sollicitée en dernière minute; nous n’imaginions pas trois jours avant être à l’Ile de Ré. Elle nous a accueillis au pied levé, fait confiance et semé quelques graines au cours d’une conversation d’un soir.

On file au réveil vers le camping de St Clément des Baleines conseillé par Mikhal, membre très active de Coopali. L’ile de Ré a un parfum d’enfance pour Fanchon, Alex panique en comparant son compte bancaire aux prix pratiqués partout sur l’Ile.

Rejoindre le marché d’Ars en Ré en vélo pendant le pont de l’ascension c’est comme faire un footing sur le périphérique un jour de grève. Ultra dangereux! Tous les franciliens sont là, énervés, ne connaissent plus le code de la route, ne savent pas faire de vélo, s’arrêtent en oubliant la file de cinquante vélos derrière eux, doublent dans les virages, perdent leurs chapeaux. Le pire, c’est les très vieux, qui s’offrent une seconde jeunesse en vélo électrique et qui sont défrisés par la vitesse. Là il y a grand danger. Leur engin les emporte, ils ne contrôlent plus rien.

Mais nous vivons un grand moment de poésie. Au marché d’Ars en Ré, il y a un manège. Le manège de Donin. C’est le manège en chanteur. Donin accompagne le tour de manège en chantant.  Il écrit et chante des chansons pour enfants et c’est tout un univers onirique qui s’ouvre à eux. Le tour de manège devient un spectacle en chansons et musique. Sur ce manège atypique, les enfants sont invités à décrocher la lune, à pêcher une étoile de mer filante ou avoir un coup de cœur.

C’est sur le vélo tandem que nos deux enfants choisissent de faire leur tour de manège. On y voit un chouette clin d’œil à notre voyage.

manegevelo manegedonin

On est dimanche 28 mai, l’Ile de Ré se vide, nous partons voir la maison du Fier. Un hérisson nous arrête, nous prenons le temps de l’observer. Les enfants sont captivés. On s’arrête un peu plus loin et en mettant le vélo sur béquille celui çi verse, le bras droit de Mona se retrouve entre le siège et le sol. On la relève en sachant immédiatement que son os est cassé. Les pompiers arrivent vite et appellent l’hélicoptère de la sécurité civile pour emmener Mona à La Rochelle et éviter les bouchons sur le Pont lié au pont… (record de fréquentation battu ce week end là, 4h de bouchon pour quitter l’ile le dimanche d’après midi).

Par chance, notre voisin de camping passe à ce moment là en voiture et ramènera deux vélos, Fanchon rentrant avec le cargo et les deux enfants. Archibald ne pouvait pas prendre l’hélicoptère. C’est donc Alex qui partira en hélico avec Mona, il verra surtout beaucoup de piscines en survolant l’île de Ré.

helico

Double fracture et opération sous anesthésie pour réduction de fracture. Mona passera une nuit à l’hôpital, veillée par Alex.

Lundi, remorque livrée, retrouvailles au camping , on se retrouve tous les 5 pour un nouveau voyage à construire. Deux jours d’errance, camping vide et des enfants qui pleurent dès que Fanchon s’éloigne.

On hésite à s’arrêter, on a un sursaut d’énergie pour une journée de balade. Nous partons à St Martin sur les traces des vacances de Fanchon. Beaucoup de souvenirs partout. C’est très émouvant. Visite du clocher, glace 3 boules promise à Mona, Parc et Alex plein de sang-froid sauvera Archibald d’un étouffement à l’emballage de gâteaux (Fanchon est étendue sur le mini golf – charge mentale…).

clocherstmartin

Pied, fièvre, bras, étouffement, ce concentré de petits accidents révèle notre fatigue et que nous perdons en vigilance. Le retour de St Martin est un des plus beaux trajets que nous ayons parcourus : on roule vers le coucher de soleil, chant des grenouilles, lapins en furie… Mona qui voulait tous les attraper pour les … bouffer !

Si on continue, sans sauts de puce possible d’île en île hors saison, le rythme de déplacement sera toujours très soutenu. Un coup de fil à St Martin nous refroidit définitivement : on nous propose une maison gérée par un hôtel à 3200€ au lieu de 4000€ pour 4 nuits. On est à l’île de Ré, il fait très beau, il n’y a personne et nous ne parvenons plus à prendre du plaisir. On accepte qu’on est fatigué, qu’il faut s’arrêter et rentrer.

Alex trouve des billets de train pour le lendemain matin pour famille sacs et vélos.

Une belle pêche à pied pour conclure le voyage : crabes, gobi, bigorneaux…tout est là.

Donin nous sauve de l’impasse de l’Ile de Ré. Il nous emmène en minibus à La Rochelle. Les enfants sont fous de joie de ce moment privilégié avec lui. Souvenirs et cadeaux en prime! Sans lui, nous devions faire une étape de 50km avec l’impératif d’être à 10h du matin à la gare.

dfgr

On réussira à prendre le Tgv avec toute notre équipée et même confortablement, en arrivant près d’une heure en avance tout de même. Après 6 trains différents, on fait le constat que prendre le train en vélo cargo chargé est bien possible, moyennant organisation, patience et respect de l’autorité du contrôleur !

Sur le quai de la gare Montparnasse, il nous faut une heure pour remonter les vélos et les charger. Une pluie diluvienne nous accueille. On roule vers la maison à travers Paris qui découvre ce convoi avec surprise et encouragement.  Nous mettrons deux heures. Les enfants redécouvrent la vie loin du regard des parents, Alex met une bière au frais, Fanchon se prépare à une bonne nuit, bref soulagés, nous avons pris la bonne décision.end

On est rentré depuis le vendredi 2 juin! Émile est retourné à l’école avec plaisir, Mona retrouve ses jouets et Archibald découvre les siens. La vie sédentaire reprend tranquillement son cours, nos enfants ont bcp grandi, Archibald n’est plus un bébé.. Nous continuerons à alimenter le blog, encore des choses à partager! Et merci  merci pour tous les commentaires, ca nous faisait du bien… A bientôt

 

4 commentaires sur « Oser terminer »

  1. Superbe récit, on sent les coups de mou, la fatigue, la hotte état la beauté des paysages. Merci de ce partage, on sera la pour les épisodes suivants, je suis sur que c’est seulement les premiers étapes d’une longue aventure. Des bises

    J'aime

  2. Welcome home!
    Je sais qu’il vraiment OSER terminer. … mais ce n’est qu’un debut a d’autres liex, continents, voire astres.
    Merci d’avoir partager vos aventures, les joies de famille.
    A bientot … deborah

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s